LUMINAIRES DISDEROT 2018

DESIGNER

Olivier Mourgue

« Je suis né en 1939 à Paris. Diplômé de l'École Boulle en 1958, cet enseignement remarquable m'a appris à bien dessiner et à développer une grande dextérité manuelle… »

OLIVIER MOURGUE
1939

« Cette École Boulle devrait être multipliée dans toutes les grandes villes de province. Après Boulle, dans le cadre de mes études à l’École Supérieure des Arts décoratifs, rue d’Ulm, j’ai présenté dans un concours un siège que j’avais réalisé grandeur. Sur les conseils d’un de mes professeurs de l’École Boulle, Marcel Merpillat, je l’ai présenté à la Société Airborne à Mr Charles Bernard , son fondateur, et à ses deux fils Daniel et Philippe. Ce siège a été développé en plusieurs versions sous le nom de ´ Joker ª, premier modèle édité en 1959.
Le prototype que j’avais réalisé grandeur tenait sur le porte-bagage de mon Solex et mon arrivée à l’usine de Montreuil avait amusé.
Pour Airborne j’ai dessiné différents modèles : Whist, Montréal, Cubique. A cette époque Jean Prouvé était professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers. Ses cours étaient très suivis par de nombreux étudiants. Je relis souvent ce petit livre : « Jean Prouvé par lui-même »,
un très beau témoignage sur sa vie et son travail. Il faut dans ces métiers avoir une idée précise de la personne à qui l’on s’adresse. Je pose souvent cette question aux étudiants devant leurs projets.
Dans les années 60-70 et jusqu’à la fin des années 80, dans mon atelier, 9, rue Campagne Première, j’ai développé un travail d’édition ou des projets particuliers pour des industriels, des architectes, le théâtre et le cinéma : Airborne, Disderot, le Mobilier National, Renault, Bayer, Prisunic, le réalisateur Stanley Kubrick et les architectes Lord Norman Foster, Londres et Juhani Pallasmaa, Helsinki.
J’ai imaginé une famille de sièges « Djinn » édités en 1964-65
par Airborne à Tournus : sièges duo, chaise-longue, pouf, chauffeuse, table basse. Philippe Hautefeuille, publiciste de la firme, propose le nom « Djinn », esprit bienfaisant du Proche-Orient.
1968 : le siège « Djinn » est choisi par Stanley Kubrick pour le mobilier du futur dans son film « 2001, A Space Odyssey » .
Les sièges Djinn sont légers, de l’ordre de 10-12 kg que l’on peut porter sous le bras comme un petit fox. Ils sont conçus avec une structure en tube d’acier garni de mousse et ils sont habillés d’une housse amovible en jersey de laine, 15 beaux coloris de Bernard Joliet. Cette gamme de mobilier jeu à la fois flexible et pratique très colorée est empreinte de l’esprit Pop Art de ces années- là.
En 1966 je travaille pour le Mobilier National, Jean Coural était Administrateur Général, pour le Pavillon français de l’Exposition Universelle de Montréal. Cette même année je crée le Tapis-siège pour le stand Airborne en 3 versions.
En 1968, je reçois par l’Institut of Interiors Designers à New-York le prix First International Design Award pour le modèle chaise-longue Djinn. Les modèles avaient été introduits à New-York par George Tanier et mis dans les collections du Musée d’Art Moderne, MoMA. Les sièges Djinn sont dans la Collection permanente du Centre Georges Pompidou.
A cette époque, je développe en 1967 pour Pierre Disderot, qui dirige une société d’édition de luminaires, une série de lampes Fleurs en plusieurs versions : lampadaires, applique murale, bras orientable. Fil acier chromé et Fleur en alu pliable, exposées groupées dans un présentoir en bois avec un personnage au Modulor : 1,83m.
Le logo bien fait de Disderot avait été dessiné par Adrian Frutiger, graphiste suisse. Pierre Disderot était un homme très attachant et bon ingénieur.
En 1968 j’ai dessiné un siège-personnage « Bouloum »
le nom d’enfance de l’un de mes plus vieux amis, édité par Airborne. Je l’ai développé en plusieurs versions avec le Mobilier National pour l’Exposition Universelle d’Osaka 1970 : panneaux de signalisation, sièges pour une salle de cinéma, tables, cerf-volants. Je l’ai prolongé par une série de sièges que j’ai appelée « Sièges-Jouets ».
En 1969 : j’ai dessiné le Tapis-siège en isorel et livré en kit, bibliothèques et lits pour le catalogue Prisunic.
Recherches pour l’habitat 1971-72 : Open Space. J’ai réalisé un prototype grandeur pour le Mobilier National : H.L.M., F4 80 m2 fabriqué par leurs ateliers : bloc mobile, cuisine, salle de bains, chambre et paravent rangement modulable.
Invité par Bayer Leverkusen pour Visiona 3, après le Visiona 2 de Verner Panton, avec le département textile de cette firme, je conçois un habitat modulable grandeur 115 m2 présenté en Allemagne et une collection de tapis et textiles.
1976. Après un voyage en Europe Centrale avec ma famille et un Atelier Mobile Saviem TP3 de Renault, et l’édition d’un carnet de route aérogramme, 20gr, je viens installer mon atelier en Bretagne et y habiter. Reçu par Michel Bépoix, Directeur de l’Ecole des Beaux-Arts de Brest, je suis nommé professeur après avoir enseigné aux Arts Déco de Paris invité par Jean Widmer.
Expositions personnelles :
1976 : invité par Pierre Chaigneau , Conservateur du Musée des Arts Décoratifs de Nantes.
1992 : invité par Lord Norman Foster, Architecte, au Sainsbury Centre for Visual Art University of East Anglia Norwich, Angleterre.
2004 : invité par Françoise Daniel, Conservatrice au Musée des Beaux-Arts de Brest.
En Bretagne, j’ai un atelier plus grand et expérimental pour peindre et préparer l’animation de petits théâtres transportables pour des présentations privées en France et à l’étranger.
Réalisation de films sur mon travail par notre fils Gaëtan Mourgue, cinéaste à Londres :
Jardins Imaginaires et Petits Théâtres.
Jeux et Design.
Aquarelles et Scènes Silencieuses. »

Olivier Mourgue,
Designer, Peintre et Professeur
6 juin 2018

OLIVIER MOURGUE

SÉRIE FLEUR

SÉRIE FLEURS, DISPONIBLE DÉS JANVIER 2019

Lampadaires 80, 120 et 225 – Applique – Suspension – Bras orientable
Précommande possible, lien ci-dessous