LUMINAIRES DISDEROT 2018

DESIGNER

Alain Richard

Né en 1926 en Bretagne, Alain Richard aurait pu devenir marin mais ses aptitudes précoces l’orientent, entre peinture et architecture, vers l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs à Paris. Sous la direction de René Gabriel, figure emblématique de l’esthétique de la reconstruction et père spirituel d’une nouvelle génération d’architectes d’intérieur, il devient major de sa promotion devant Pierre Guariche pour immédiatement rejoindre l’agence de son maître. Mais la mort prématurée de ce dernier le pousse à fonder sa propre agence dès 1952 avec sa femme Jacqueline Iribe, créatrice de tissus et spécialiste de la couleur, avec laquelle il travaillera toute sa vie.

ALAIN RICHARD
1926-2017

Dès lors, il mène une carrière exceptionnelle créant le Groupe 4 pour Charron, l’un des plus influents de son temps, participe aux grands salons français et internationaux et collectionne les réussites d’éditions pour Meubles TV par exemple ou pour les Ateliers Pierre Disderot. Les commandes publiques affluent y compris pour le Mobilier national dont il est l’un des contributeurs les plus demandé, pour des ambassades ou pour le RER. Il devient spécialite de l’aménagement de musées. Il en réalise plus d’une vingtaine en France et dans le monde. Cet immense succès le conduit à fonder l’agence Alain Richard SA en 1971 pour mener à bien ces projets de grande envergure. Il y intègre l’une des premières agences de design graphique en France et son effectif montera jusqu’à 40 personnes.

Alain Richard est sans doute le plus élégant des architectes d’intérieur français de sa génération. Poussant la rigueur au plus haut point, il s’impose aussi parmi les plus modernistes et les plus radicaux d’entre eux. Son style minimal épuré de tout décor superflu engendre des formes simples parfaitement proportionnées au service d’une fonctionnalité parfaite. Cette éthique radicale et scrupuleuse de la forme est jusque dans les détails au service d’une élégance sans compromis qui élève l’esthétique au niveau d’une valeur morale.

Ce talent et ses réussites offrent à Alain Richard les plus belles récompenses de son temps parmi lesquelles, le grand prix de la Triennale de Milan dès 1954, celui de l’Exposition universelle de 1958, plusieurs médailles d’or de la SEAI et le prix René-Gabriel en 1964.
Il enseigne à l’ENSAD et conseille le ministère des affaires culturelles.

Sa relation amicale avec Pierre Disderot est véritablement intime tant sur le plan personnel que professionnel et donne lieu à quelques-uns des plus beaux luminaires français et à une gamme des plus innovantes tant esthétiquement que techniquement, comme le premier spot français dès la fin des années 50.

ALAIN RICHARD

APPLIQUE 5980

APPLIQUE 5980

En savoir +